Agriculture intensif

Afin d’utiliser les terres comme lieu de production ( par exemple des champs de soja afin de nourrir le bétail notamment des pays européens), des feux sont lancés afin de décimer des parcelles boisées pour transformer en champs cultivables où utilisables.

vu du ciel l’Amazonie agro-industriel

Les gros agriculteurs , à contrario des petits cultivateurs indiens, ne pratiquent pas ces protocoles de manières raisonnée et raisonnable ; ainsi de gigantesques incendies se déclarent très souvent, nous avons pu tristement le constaté l’an passé.

L’élevage bovin dédié à l’exportation est lui aussi une cause toute aussi importante de ce fléau. On brûle, on créer des pâturages immenses ( parfois plus grands que certains de nos départements) et on vend à l’export.

Les ressources naturelles (or, pierres, pétroles,..) très convoitées sont elles aussi extraites légalement ou illégalement,   avec pour conséquences un lourde pollution, une destruction de la biodiversité et souvent dans la  violence envers les habitants qui serait en travers du chemin.

Cela met aussi et bien sûr en péril la santé de certaines communautés autosuffisantes vivant au cœur de la forêt. Certains sont totalement délogés et ceux qui restent sont eux aussi vulnérables aux bactéries et aux virus importés par ces intrusions répétées, et dont ils ne sont absolument pas immunisés.

La population en lutte

Aujourd’hui les habitants luttent pour préserver leurs lieux de vie.

Les chefs de certaines communautés indiennes parcourent le mondes afin de faire entendre leurs droits et de mobiliser un maximum de personnes.

D’autres indiens se font « gardiens de le forêt » et parcourent cette dernière afin de débusquer les bûcherons illégaux et de lutter contre l’industrie pétrolière lorsque leurs projets sont inacceptables.